Déperditions de chaleur : comment les mesurer ?

Le plus souvent, les maisons avec plusieurs années d’existence commencent à présenter des défaillances un peu partout. L’une de celles qui peuvent survenir est la perte de chaleur, qui peut conduire à une consommation plus importante de chauffage. C’est cependant quelque chose auquel on peut aisément remédier, et cela en identifiant d’abord la perte de chaleur.

Comment une maison perd de la chaleur ?

Un bon niveau d’hermétisme est requis pour qu’une construction soit dans les normes, et c’est important autant sur le plan de la consommation d’énergie que sur celui du confort. Lorsque votre maison est bien isolée, la chaleur générée par votre système de chauffage est bien conservée, et il n’y a aucun courant d’air qui s’infiltre. Quand ce n’est pas le cas, la chaleur s’évade rapidement par les différentes fentes présentes sur votre domicile.

Celles-ci se trouvent le plus souvent à des endroits spécifiques, comme le toit, les fenêtres ou sur les jointures entre ces éléments et les murs. Il se peut aussi qu’une déperdition de chaleur ait lieu en raison des matériaux qui composent les parois de votre maison. Si ces éléments ne peuvent pas retenir efficacement la chaleur, il est normal qu’elle s’échappe facilement via ceux-ci. Ainsi, certaines fenêtres faites en certains matériaux peuvent être moins efficaces que d’autres pour ce qui est de l’isolation thermique.

Vérifier le niveau de perte de chaleur

L’infiltrométrie et la thermographie vont de pair lorsqu’il est question de vérifier l’état dans lequel se trouve l’isolation thermique de votre maison. Le premier domaine consiste en la vérification de présence de fuites d’air par le biais de fentes et fissures. Une fois que celles-ci auront été identifiées, il sera plus simple de remédier à leur présence. La thermographie consiste quant à elle à repérer les zones où la température est anormalement basse, et où il est important de procéder à un renforcement de l’isolation.

En combinant ces deux pratiques, il est possible d’évaluer avec précision dans quelle mesure votre maison perd de la chaleur. Le plus souvent, les zones mises en évidences comme nécessitant le plus d’isolation sont le plafond, les murs, et le système d’aération. Dans une certaine mesure, on peut aussi mentionner les fenêtres en vitre, les ponts thermiques et le sol en bois.

Que faire une fois les « trous » thermiques décelés ?

Dès que vous avez identifié quelle partie de votre maison est la cause d’une perte de chaleur, il vous faut juste améliorer son isolation. Les actions à prendre dépendent de la partie de la maison à réparer ; pour le plafond, la manière la plus efficace de procéder est de mettre en place des couches d’isolants. C’est une tâche qui peut se faire assez facilement, et qui ne demande pas plus de quelques heures de votre temps pour l’effectuer.

L’isolation des fenêtres peut être améliorée en mettant en place des pare-vents en PVC, et pour ce qui est de l’isolation du sol en bois, c’est assez long à faire. En effet, il vous faut démonter votre plancher, et mettre en place des plaques isolantes en dessous pour éviter que la chaleur ne s’échappe par le bas. Cependant, une fois que tout cela est fait, vous n’aurez plus à vous soucier de baisses de température chez vous.